La Roulotte du Masseur : votre sauna à domicile !

 

Le sauna que nous mettons à votre disposition est réalisé tout en bois non traité (sapin du nord à l’intérieur, ossature et extérieur en douglas) sur un châssis de 5m de long et équipé d’un poêle à bois traditionnel fabriqué par Harvia. Notre roulotte-sauna pourra accueillir jusqu’à 10 personnes.

Nous avons confié la conception de la roulotte à la jeune et prometteuse entreprise charentaise Les Abris Nomades, spécialisée dans la construction de tiny houses. Nous avons choisi ce partenaire pour son travail de qualité et son engagement : cette entreprise éco-responsable a en effet fait le choix de travailler avec des fournisseurs locaux et des matériaux labellisés PEFC pour répondre aux exigences écologiques et environnementales.

Vous pouvez dès à présent réserver la roulotte pour vos événements publics et privés.

Les bienfaits du sauna

 

Malgré des réactions immédiates mettant en jeu le système cardiovasculaire (la chaleur dilate les vaisseaux sanguins ce qui augmente le rythme cardiaque) et endocrinien dans des proportions non négligeables, le sauna est généralement bien toléré tant chez les enfants que chez les adultes.

Selon de nombreux travaux scientifiques, sa pratique régulière n’est pas dangereuse pour la santé. Au contraire, nettoyant, il apporte détente et bien être, mais renforce également nos défenses naturelles, notamment pour lutter contre le stress et les infections, dynamise notre système circulatoire et exerce une action tonifiante sur la peau.

Certains travaux suggèrent qu’à long terme, le sauna régulier améliore :

  • le contrôle de la tension chez le sujet hypertendu ainsi que la rééducation après un infarctus du myocarde, contrairement à ce que l’on aurait pu s’attendre ;
  • la fonction respiratoire. Il pourrait ainsi s’avérer bénéfique chez les patients atteints d’asthme et de bronchite chronique ;
  • les rhumatismes inflammatoires (arthrose, polyarthrite rhumatoïde), les douleurs articulaires, les tensions musculaires et la fibromyalgie ;
  • certaines affections dermatologiques comme le psoriasis (le sauna ne dessèche pas la peau). En revanche, l’hypersudation pourrait accentuer certains cas d’eczéma ou de dermatites atopiques.

Quelles sont les contre-indications du sauna ?

 

Les contre-indications au sauna sont l’angor instable, l’infarctus du myocarde récent et le rétrécissement aortique sévère. Dans l’immense majorité des cas, il est sans danger en cas de maladie coronaire, à condition qu’elle soit stable, et en cas de nécrose myocardique, à condition qu’elle soit ancienne. Très peu d’infarctus du myocarde ou de morts subites ont été enregistrés durant des séances de sauna (en l’absence de consommation d’alcool).
Ainsi, en dehors de pathologies lourdes identifiables (cancer, suites immédiates d’un infarctus du myocarde, infections aiguës comme la grippe ou la bronchite), la population générale peut s’adonner sans danger au sauna et en tirer profit. A noter que la prise de certains médicaments juste avant d’entrer dans le sauna peut aussi être contre-indiquée, comme notamment les antihypertenseurs.

Dans tous les cas, si vous n’êtes pas sûr de pouvoir pratiquer le sauna, votre médecin vous conseillera. Et dans tous les cas, soyez à l’écoute de votre corps : sortez en cas de réaction inquiétante ou désagréable.

A proscrire : la consommation d’alcool avant un sauna !

La consommation d’alcool est le pire ennemi qui soit, car elle favorise l’hypotension artérielle, les troubles du rythme cardiaque et leur corollaire, l’arrêt cardiaque. Il est donc primordial de s’abstenir de boisson alcoolisée, et ceci bien avant de rentrer dans un sauna !

Le sauna est également déconseillé aux femmes enceintes. 

Source : e-sante.fr

Déroulement d’une séance de sauna et précautions d’usage

 

Le sauna procure une chaleur sèche pouvant avoisiner les 80°C. Les séances peuvent se pratiquer nu ou en maillot de bain. Dans tous les cas, vous devrez placer une serviette entre le banc et vous afin d’éviter tout risque de brûlure au contact du bois ainsi que pour des raisons d’hygiène. Nous vous demanderons également de prendre une douche avant d’entrer dans le sauna, notamment afin de vous débarrasser de tout résidu de crème, maquillage…

Traditionnellement, une séance de sauna se déroule en plusieurs étapes et prévoit trois passages :

  • Le premier passage dans la cabine de sauna ne doit pas excéder 8 à 10 minutes pour laisser le corps s’habituer à la chaleur et amorcer la sudation

  • Sortez du sauna et prenez une douche ou un bain froid

  • Essuyez-vous et prenez le temps de vous reposer quelques minutes avant de retourner dans le sauna

  • Les passages suivants peuvent durer 10 à 20 minutes. Prenez une douche ou un bain froid entre chaque passage. L’alternance de “chaud-froid” permet de profiter pleinement des effets positifs et relaxants du sauna

Généralement, il est conseillé de faire au maximum trois passages dans le sauna. Pensez à vous hydrater, un peu entre chaque passage et abondamment dans les heures qui suivent la séance. Une séance de sauna peut vous faire perdre jusqu’à un litre de sueur. Dans tous les cas, il vaut mieux éviter de passer plus d’une heure par jour dans le sauna.

Précautions d’usage

Comme évoqué précédemment, en cas de doute sur les effets de la pratique du sauna par rapport à votre état de santé, consultez avant tout votre médecin.

La consommation d’alcool est fortement déconseillée avant une séance de sauna. Les risques cardio-vasculaires sont en effet décuplés.

Avant d’entrer dans le sauna, merci de lire les consignes de sécurité affichées à l’entrée. Pensez à enlever tous vos bijoux ainsi que vos lunettes (risque de brûlure). Les appareils électroniques sont évidemment proscrits. Nous vous demanderons également de n’introduire ni nourriture, ni boissons dans la cabine de sauna. Vos chaussures ne sont pas conviées à l’intérieur non plus. Juste vous, votre maillot de bain (attention aux attaches métalliques qui pourraient vous brûler) et votre serviette !

Pour votre premier passage au sauna, n’hésitez pas à vous asseoir sur les sièges les plus bas, ce sont ceux où la chaleur est la moins forte. Si vous ressentez le moindre signe de malaise, sortez immédiatement.

 Un peu d’histoire…

 

Le sauna est une tradition sociale et familiale finlandaise depuis plus de 2 000 ans. À l’origine, les saunas étaient de petites cabanes construites avant même la maison d’habitation. Les femmes finlandaises accouchaient naguère dans les saunas en raison de la grande hygiène qui y règne et de la facilité d’entretien.

Ils sont un élément important des relations sociales en Finlande. Même des négociations politiques et économiques peuvent y avoir lieu.

Dans les mökki, maisons de campagne finlandaises, il est courant, et en toute saison, de se baigner dans le lac (järvi) ou la rivière (joki) situé à proximité plutôt que de prendre une douche classique après le sauna. En plein hiver l’activité de sauna commence donc par l’entretien du trou dans la glace prévu à cet effet. À la campagne, durant le bain de chaleur on peut également en profiter pour se flageller légèrement à l’aide de jeunes rameaux de bouleau (rauduskoivu) formant une sorte de martinet semi-rigide appelé vihta ou bien vasta, afin de stimuler encore plus la circulation sanguine.

On trouve des saunas partout en Finlande (2 à 3 millions de saunas pour 5,4 millions d’habitants) : dans les maisons particulières comme dans les hôtels, les bateaux, les entreprises, le Sénat, le palais présidentiel, etc. Toute la population finlandaise pourrait donc tenir dans les saunas du pays.

Les cabanes de sudation étaient connues des hommes préhistoriques des régions tempérées et froides de l’hémisphère nord.

En restent pour témoins les peuplades de Sibérie et les tribus amérindiennes des actuels États-Unis et Canada dont beaucoup utilisaient des huttes de transpiration (sweat lodge dans les documents en anglais) lors de l’arrivée des Européens. C’étaient des édifices en branchage dans lesquels on roulait des pierres chauffées dans un feu de bois. Le malade ou le guerrier voulant se purifier s’isolait dans ce local sommaire que des comparses fermaient hermétiquement.

Dans un premier temps les huttes de transpiration ont été améliorées en sauna enterré puis, avec la maîtrise du travail du bois, les cahutes devinrent maisonnettes en bois empilé à la manière des fustes dans une bonne partie de l’Europe. Ce sont les saunas à fumée, que l’on appelait étuves en France. Au XIVe siècle, l’Église catholique d’Europe centrale et occidentale, luttant contre la nudité et la promiscuité, mit toute son énergie à éradiquer, en interdisant leur pratique et en fermant les établissements la permettant, la pratique de l’étuve et des bains publics (alors en plein essor au XIIIe siècle). Une des raisons invoquées pour bannir les saunas fut, comme pour les bains, de décréter que la pratique du sauna était responsable de nombreuses maladies courantes à l’époque comme la peste qui se répandait pensait-on par les pores dilatés qui absorbaient les miasmes, ce qui engendra par la suite la culture de la toilette dite sèche. Une autre raison invoquée fut que ces bains et saunas étaient assimilés à des lieux de débauche, parfois de façon justifiée même si cette débauche n’empêchait pas l’hygiène corporelle.

Cette pratique survécut en Russie et dans les pays nordiques, plus tardivement christianisés, où les Églises orthodoxes et luthériennes surent en percevoir les bienfaits hygiéniques pour les populations. Les traditions populaires russes associent le «Bannik» (Банник) aux maisonnettes de bains : Il s’agit d’un petit esprit domestique, parfois farceur, parfois cruel, qui hante ce lieu appelé «bania» (бaня).

La Suède (sous le nom de bastu) et la Finlande ont élevé au plus haut point la technique du bain de vapeur sèche. Au début du XXe siècle, les athlètes finlandais aux Jeux olympiques puis les soldats de la guerre d’Hiver ont fait connaître au monde entier le sauna et ont associé ses qualités à leurs exploits.

Le sauna est aussi comparable au temazcal très répandu chez les Mayas : une hutte de terre avec une petite ouverture basse; au centre on allume un feu dans lequel on surchauffe des pierres. On y transpire dans le noir. Sur les hauts plateaux du Guatemala, on a constaté que le temazcal remplace encore parfois la salle de bain.

Source : wikipédia